Actualités #Covid 19 : Renforcer les créneaux de #Téléconsultation

#Covid 19 : Renforcer les créneaux de #Téléconsultation

En Vendée, pour faire face au coronavirus, une maison médicale renforce ses créneaux de téléconsultation

 

À La Roche-sur-Yon, des patients qui ne veulent plus sortir à cause du Covid-19 peuvent voir leur médecin par webcam, sur l’ordinateur.

Des téléconsultations qui connaissent un boom en ce moment dans une maison médicale.

À La Roche-sur-Yon, le docteur Cécile Cotreau "téléconsulte" de plus en plus de patients.
À La Roche-sur-Yon, le docteur Cécile Cotreau « téléconsulte » de plus en plus de patients. © Radio France – Victoria Koussa 

Ces deux dernières semaines, le nombre de créneaux de téléconsultation a doublé à la maison médicale des Forges à La Roche-sur-Yon (Vendée) pour faire face aux demandes des patients.

Certains sont inquiets, ont peur d’attraper le coronavirus en se rendant directement sur place, d’autres ont des symptômes et, pour éviter de contaminer les autres, au cas où, préfèrent voir leur généraliste en téléconsultation.

Une manière de mieux les orienter en cas de doute, d’après les praticiens.

 

« On les connaît »

« Ce sont des patients qu’on connaît », explique le docteur Romain Bossis, « on est leur médecin traitant, on connaît leurs antécédents, on sait quel traitement ils prennent, on les connaît et on voit si les symptômes qu’ils ont présentent un risque ».

Malgré cet avantage, le médecin, qui enchaîne les téléconsultations depuis quelques jours, insiste : « Il faut que ce soit temporaire ! Il est fondamental qu’on puisse voir les gens, ça va être transitoire le temps de l’épidémie, et après, il faut que ça revienne sur quelque chose d’un peu plus modéré, il ne faut pas que ça devienne la porte ouverte à n’importe quoi ».

 

Ces téléconsultations permettent aussi aux patients habituels, qui ont peur d’aller dans des lieux publics, notamment les plus fragiles, de continuer d’être suivis par leur généraliste. « Il n’y a pas que le coronavirus dans la vie, il y a toutes les autres maladies, des choses graves aussi », insiste le docteur Cécile Cotreau.

Commentaires