Big Data #DoctolibGate épisode 3 le #switch de #médecin à l’#insu du plein gré...

#DoctolibGate épisode 3 le #switch de #médecin à l’#insu du plein gré du #patient

#doctolibgate

#DoctolibGate Episode 1
Le détournement de clientèle par référencement

20 novembre 2018 l’AP-HP se fait plumer

En effet, dans la vidéo ci-dessus, le Dr Hamon expose les multiples failles dans le système Doctolib de prise de rendez-vous installé sur le site de l’AP-HP. Les patients de l’AP-HP sont en effet orientés depuis le site de l’AP-HP via le logiciel de Doctolib vers des cabinets privés, des cliniques privées ou des établissements étrangers à l’AP-HP. L’AP-HP perd donc des patients à cause du module Doctolib installé sur son site.

Facteur aggravant : la manière dont le module Doctolib est installé empêche l’AP-HP de contrôler ce qui se passe lors de la prise de rendez-vous. D’où les détournements de patients vers le privé.

Au-delà du tort causé à l’hôpital public, ces dysfonctionnements graves indiquent que la structure AP-HP a perdu le contrôle de la prise de rendez-vous chez elle et c’est bien l’objet de l’inquiétude de la FMF . Cette perte de contrôle place l’hôpital public parisien dans une position de vulnérabilité qui n’est pas acceptable pour une institution publique aussi prestigieuse.

 

#DoctolibGate Episode 2
Le forçage des pages de téléconsultation

Dans son installation de la #teleconsultation sur sa base de clients, les conseillers #Doctolib font parfois du zèle. Il n’hésitent pas par exemple à ouvrir directement des créneaux dans l’agenda du confrère, pour son bien, évidemment. Lequel s’en émeut sur twitter :

Certains sont exigeants, et pressés, on se demande pourquoi ils tiennent tant à une heure de temps médical en cette période de pandémie #Covid19 ? 🙂

#DoctolibGate Episode 3
Le switch de médecin dans la mise en relation

Lire le témoignage complet sur le blog :Quelques extraits éclairants :

“J’ai été très heureux de voir que mon médecin traitant, alors que je suis confiné, permettait la téléconsultation à des horaires qui me convenait tout à fait. Confiné à domicile je n’allais pas faire le difficile.”

“Ce n’était pas mon médecin, et celui-ci ne s’est pas présenté. Le mur du fond n’était pas non plus celui du cabinet de mon médecin traitant.”

Ce n’était finalement pas mon médecin traitant

“Ne l’ayant jamais vu je lui ai demandé s’il avait mon dossier médical ; il n’avait aucune information sur moi en dehors de mon numéro de portable et de mon e-mail. (et accessoirement n’avait pas pris connaissance du document televersé.. compte rendu post opératoire, ce n’est pas anodin tout de même)”

“J’ai reçu de la plate-forme en téléchargement une note d’honoraires qui ne mentionne évidemment ni l’adresse ni le numéro RPPS de mon médecin traitant.”

“25 euros. 7 minutes d’incompréhension mutuelle entre deux inconnus. Pour rien finalement. En cette période troublée, j’aurais pu demander à la pharmacienne de prolonger mon ordonnance périmée en faisant état de l’ALD.”

Stratégie délibérée ?
Volonté manifeste de tromperie
?

#Doctolib ne gagne pas en crédibilité et faillit à sa mission.
Une expérience patient désastreuse et un médecin complice de cette mascarade, sans doute 60 fois par jour… Ca ne fait pas plaisir.

On connaissait les #putaclic, s’agirait-il alors de l’apparition d’une nouvelle espèce, les #putaflux ?

Détourner l’état d’urgence sanitaire à son profit en s’exonérant de l’avenant 6 (sous prétexte d’urgence) n’est pas une stratégie acceptable  dans un rendez-vous programmé, de surcroît !!!

Pratiquer ce switch à l’insu du patient est une circonstance aggravante et une pratique révoltante #Doctolib.

#Doctolib cessez ces pratiques commerciales, non éthiques et non déontologiques. Expliquez-vous.


Le monde de la santé n’a pas besoin de cela, surtout en ce moment.