Accueil 3e et 4e âge #Médecine 3.0 : le #Diabètique devient un acteur de #SantéPublique

#Médecine 3.0 : le #Diabètique devient un acteur de #SantéPublique

Le constat est flagrant : un peu plus de 8% de la population mondiale est atteinte de diabète.
Il en existe 2 types : le diabète de type 1 qui est génétique et le diabète de type 2 qui survient lorsque l’on a un taux trop élevé de sucre dans le sang.

Ce dernier intervient généralement après 50 ans.

Afficher l'image d'origine

Revenons sur cette maladie trop souvent négligée alors que les risques pour la santé sont réels.
Voilà quelques données :

 

Source : IDF et abc.net

Les chiffres parlent d’eux-même.
Au delà du nombre très élevé de personnes diabétiques dans le monde 46% des personnes touchées ne sont pas au courant.
Il faut savoir que le diabète de type 2 est lié aux mauvaises habitudes alimentaires et est souvent associé au surpoids, il représente la plus grosse part de personnes touchées, soit environ 90% des cas.
Il est possible de prévenir ce type de diabète en adoptant un mode de vie plus sain (manger mieux, bouger plus…).

 

prévention 3.0

 

Une fois installé, le diabète est une maladie dont la sévérité des complications est importante : il est aujourd’hui la première cause d’amputation, les diabétiques sont 2,2 fois plus nombreux à être hospitalisés pour un infarctus du myocarde et 1,6 fois pour un Accident Vasculaire Cérébral (AVC).
Le but est de vous faire prendre conscience que dépisté et suivi convenablement, on peut vivre avec le diabète et éviter beaucoup de complications.
Après 50 ans, il est conseillé de tester régulièrement sa glycémie chez son pharmacien ou son médecin.
Pour contrer l’expansion de la maladie à travers le monde, les nouvelles technologies produisent des solutions connectées, orientées vers la prévention (auto-mesure de la glycémie, calcul automatisé des doses d’insuline) et une prise en charge plus rapprochée grâce à des applis mobiles qui transmettent en temps réel mesures et informations au médecin traitant, pour une prise en charge toujours plus ajustée.
Depuis 2000, la prévalence du diabète augmente régulièrement sur la planète. En France, elle atteint 6% de la population, soit près de 3.5 millions de personnes parmi lesquelles 500 000 à 800 000 cas qui s’ignorent.

En 10 ans, le nombre de cas a quasiment doublé, diabétiques de type I et II confondus, en dépit de la multiplication des messages d’information et de prévention.
Les données récentes de l’OMS font état de quelque 366 millions de diabétiques dans le monde, en constante progression dans les pays développés.
Au niveau économique cette maladie pèse entre 5 et 10 % dans les budgets de santé.
En France, en 2011, les coûts du diabète s’élevaient à 17,7 milliards d’euros*, soit 10 % des dépenses globales de santé (+ 5 milliards d’euros de frais indirects). Au 4e rang des causes de mortalité dans les pays développés, le diabète reste ainsi la priorité de Santé publique.
Et l’horizon reste sombre, l’OMS estimant que le nombre total de décès par diabète devrait augmenter de plus de 50% dans les 10 années à venir.
L’éducation thérapeutique semble un prérequis incontournable, un soutien facilité par l’utilisation des objets connectés qui essaiment dans le domaine de la santé. Il existe aujourd’hui de nombreux dispositifs permettant de suivre en temps réel son taux de glycémie.
Sous forme miniaturisée ou de bracelets connectés, ces objets proposent des conseils pour une alimentation appropriée ou le choix d’une activité physique ; ils peuvent aussi calculer la dose d’insuline à injecter en cas de diabète de type I.

Afficher l'image d'origine


Synchronisés avec une application mobile ou une tablette, ces objets connectés constituent une véritable révolution !  
Grâce au stockage des informations sur le cloud, l’utilisateur a désormais accès à l’historique de tous ses relevés, de même qu’il lui est possible de consigner les événements en lien avec sa maladie : oubli de médicament, repas trop riche, consommation d’alcool…
Des perspectives pour une médecine personnalisée, en temps réel.
Le médecin peut suivre à distance le diabète de son patient et préconiser ou rectifier le traitement à suivre quelques heures après avoir reçu les informations.
Pour les diabétiques, la santé connectée est un accélérateur de la prévention.
Ce nouveau modèle de prise en charge bouscule les rapports médecin/patient et remet en cause une certaine pratique de la médecine traditionnelle.