Actualités #Téléconsultation et #Covid19 : que faut-il retenir du nouveau #décret du 10 mars...

#Téléconsultation et #Covid19 : que faut-il retenir du nouveau #décret du 10 mars 2020 ?

Mes Docteurs CoVid19
Mes Docteurs CoVid19

Annoncé dimanche soir par le Dr Olivier Véran à l’issue du Conseil de Défense, le gouvernement a publié ce matin un décret qui facilite le recours à la téléconsultation pour les personnes présentant les symptômes de l’infection ou reconnus atteints du Covid-19.

Face aux risques de transmission et de possible saturation des structures de soins, ce décret prévoit l’élargissement de l’accès à la téléconsultation en levant l’obligation de passer par son médecin traitant pour l’initier ou la réaliser. C’était une des conditions formalisées par l’avenant 6  à la convention médicale signé à l’été 2018 pour bénéficier d’un remboursement par l’Assurance Maladie.

Alors que tout le monde s’attendait dans ce contexte épidémique à ce que la téléconsultation remboursée soit disponible pour tous, sur tout le territoire, le gouvernement ouvre le sujet par la porte des territoires. Le décret précise en effet que la téléconsultation devra s’inscrire “prioritairement dans le cadre d’organisations territoriales coordonnées”.


Que faut-il comprendre ?

L’avenant 6 qui encadre le remboursement des téléconsultations par l’Assurance maladie depuis 2018 prévoit qu’elles s’inscrivent dans “le respect du parcours de soins coordonné” en étant initié par le médecin traitant avec l’obligation pour le médecin téléconsultant d’avoir vu le patient en consultation dans les 12 mois précédents. Il prévoit des cas d’exception comme les patients de moins de 16 ans, l’indisponibilité du médecin ou l’absence de médecin traitant… 

Ce cadre d’exercice de la téléconsultation pose également le territoire comme périmètre de référence ce qui autorise la téléconsultation sur les territoires aux opérateurs qui bénéficient d’une assise locale comme un centre de santé ou d’une dérogation des représentants des professionnels de santé comme les CPTS par exemple.

C’est précisément ce point qui n’est pas levé. L’élargissement de l’accès à la téléconsultation relève de l’initiative et de la responsabilité des acteurs publics et professionnels de santé sur les territoires pour adapter au mieux les dispositifs en réponse à la progression de l’épidémie.

Une décision qui s’inscrit dans la stratégie de gestion de crise du gouvernement qui souhaite apporter des réponses différenciées et proportionnées en fonction de la situation de chaque région. 

La téléconsultation CoVid 19 peut donc prendre plusieurs formes : 

  • la téléconsultation réalisée par les médecins de ville équipés de solution de téléconsultation avec leur patientèle comme celles de Doctolib, HelloCare, Cegedim ou Compugroup pour prendre en charge à distance les cas qui présenteraient des symptômes suspects d’infection à CoVid 19 et ainsi éviter la contagiosité au sein de leurs cabinets. 
  • la téléconsultation proposée par les pharmaciens du territoire. 
  • la téléconsultation réalisée par des opérateurs en appui et soutien aux médecins de ville pour apporter plus de temps médical sur place, soulager les organisations de santé territoriales, faciliter et accélérer les prises en charge de 1er recours en coordination étroite avec les structures sanitaires territoriales et rassurer les populations.

C’est le positionnement de MesDocteurs qui a choisi de respecter les dispositifs mis en place par les pouvoirs publics autour de la téléconsultation depuis son entrée dans le droit commun et notamment cette dimension territoriale au service du parcours de soins coordonné. 

“Nous disposons aujourd’hui d’une offre complète de téléconsultation programmée et non-programmée” précise Marie-Laure Saillard, CEO de MesDocteurs. “Nous sommes prêts à mettre notre expérience et nos ressources à la disposition des territoires.  Dès ce matin, nous avons d’ailleurs été contacté par des acteurs en région pour organiser des solutions de renfort”.

Avec une expérience éprouvée de la téléconsultation depuis 2017, MesDocteurs couvre aujourd’hui 20 millions de bénéficiaires de complémentaires santé avec un service sans rendez-vous en 24/7.  Cette start-up, filiale du groupe VYV, bénéficie d’une communauté de médecins généralistes et spécialistes soutenue par les médecins du groupe mutualiste avec 1200 établissements et services sur 76 départements. MesDocteurs travaille dans le territoire avec les différents établissement et oriente les patients sur le territoire dans leur parcours de soins.

Téléconsultation et épidémie CoVid 19

Dans le contexte épidémique, MesDocteurs observe depuis 15 jours une augmentation très sensible des téléconsultations (de l’ordre de 40%)  qui permettent d’éviter toute potentielle contamination et prolifération du virus, en limitant les déplacements de personnes potentiellement infectées. Un service qui vient en renfort des solutions déjà mises en place par le gouvernement, en permettant de faire un tri en amont des cas suspects qui sont systématiquement adressés au SAMU centre 15.

MesDocteurs  joue également un rôle majeur en terme de prévention en facilitant la levée de doute et en apportant des conseils et des réponses concrètes aux questions des patients inquiets.