Accueil Actualités #Médecine 3.0 : un #ConnectedDoctor qui rêvait d’Afrique

#Médecine 3.0 : un #ConnectedDoctor qui rêvait d’Afrique

Quand je rêvais d’Afrique.

La santé connectée véritable arme de poing dans la médecine prédictive doit explorer d’autres living-lab.

L’Afrique offre une occasion unique et vertueuse d’expérimenter les dispositifs médicaux connectés dans les pathologies chroniques connues source de morbidité effroyable.

L’hypertension et le diabète sont deux fléaux souvent méconnus dans une population où l’offre de soins primaires est précaire. Le diabète maladie chronique somnolente et perverse voit ses complications dégénératives vasculaires, rénales et ophtalmologiques se déclarer après des décennies d’évolution clinique.

Malheureusement les amputations secondaires à un diabète non dépisté ou mal équilibré dans la plupart des cas, restent très fréquentes provoquant une morbidité surajoutée.

La santé c’est comme l’oxygène, c’est quand on ne l’a plus que l’on s’en aperçoit.

La politique de prévention est déjà difficile dans notre pays où pourtant le « tout gratuit » est roi.

Imaginons un instant la politique de santé préventive en Afrique : malgré des efforts constants, la morbidité des pathologies chroniques est trop élevée, c’est avant tout une histoire de coût financier. La santé connectée dans ces living-lab va bouleverser le champ d’action de cette médecine curative souvent violente en une médecine prédictive et personnalisée. Nous devons mener plusieurs actions de terrain avec des dispositifs médicaux connectés : glucomètres,tensiomètres balances et thermomètres.

Des expériences de terrain doivent être menées sur des dizaines de milliers de patients , le modèle économique reste simple et basique , sans contraintes , sans calcul , le désir essentiel de soigner est à son apogée.

On va aller au plus près du patient qui ne s’est jamais auto-surveillé, le dispositif médical connecté joue ici un véritable rôle médical prédictif et instantané afin d’éviter en aval les complications dégénératives.

La santé connectée est ici loin des frasques médiatiques et mercantiles, elle retrouve son essence première de santé publique pour tous les patients potentiellement malades même au plus profond d’un village africain.

La connexion comme la musique est omniprésente en Afrique du fait d’un réseau téléphonique filaire défaillant, les smartphones y sont hyper-présents. L’Afrique est hyper-connectée, il est temps enfin d’expertiser la médecine 3.0.

La couleur bleue salvatrice et pleine d’espoir du Bluetooth va venir s’ajouter à toutes les couleurs chaudes et humides de l’Afrique.

Vive la santé connectée vertueuse et humaniste, démarrons ensemble avec de nombreux partenaires cette merveilleuse aventure numérique et humaine , sans calcul avec humanisme et respect.

Allons vite découvrir les Connected Doctors africains.