Accueil Actualités #Nyxoah : la #NeuroStimulation 3.0 dans l’apnée du sommeil

#Nyxoah : la #NeuroStimulation 3.0 dans l’apnée du sommeil

Parmi les maladies chroniques complexes à traiter, l’apnée du sommeil est un cas particulier. Nyxoah, une startup basée en Belgique développe une solution innovante qui combine un implant et un patch externe qui agissent par neurostimulation. 

Nyxoah est une startup fondée en 2009 à Mont Saint-Gibert en Belgique.

Son but, traiter les troubles du sommeil, plus particulièrement le Syndrome d’Apnées Obstructives du Sommeil (SAOS), le trouble du sommeil le plus fréquent, associé à des risques cardiovasculaires et des d’autres troubles très importants. Pour faciliter la vie des patients, cette compagnie a créé une solution composée d’un implant et d’un patch qui agissent ensemble par neurostimulation.

Nyxoah, sauver les malades dans leur sommeil

La société Nyxoah concentre ses activités sur le traitement des patients souffrant du syndrome d’Apnées Obstructives du Sommeil. Son fondateur a fait un constat simple. Malheureusement, cette maladie est très répandue : elle touche 7,5 % de la population aux Etats-Unis et 5 % de la population en Europe.

Dans sa forme sévère, ce syndrome peut provoquer plus de 30 apnées par heure chez les patients, chaque apnée pouvant durer plusieurs dizaines de secondes, provoquant autant de micro-réveils. Une gêne considérable dans la vie quotidienne.

Pour traiter cette pathologie, il n’y a eu pendant longtemps qu’un seul traitement de référence : la Pression Positive Continue (PPC).  Les patients doivent dormir avec un masque respiratoire, relié à une machine qui souffle de l’air  afin de maintenir les voies respiratoires ouvertes. L’inconfort du masque, les irritations de la peau qu’il provoque, le bruit, l’encombrement, etc. Autant de facteurs qui provoquent l’abandon du traitement dès la première année. La technologie de Nyxoah est révolutionnaire pour soigner cette maladie très répandue. Elle fonctionne par neurostimulation, c’est-à-dire par la stimulation électrique d’un nerf sous le menton.

Une technologie en avance sur la concurrence

component nyxoah

La thérapie de Nyxoah consiste en un micro-stimulateur, implanté directement dans la région du menton, en contact avec le nerf hypoglosse. Il est invisible et le patient ne ressent absolument pas sa présence. Au coucher, le patient applique un patch adhésif externe, au niveau du menton, connecté à une petite puce électronique qui contient le cerveau de la machine ainsi que la batterie. Cette puce envoie des impulsions électromagnétiques qui sont converties en courant par le micro-stimulateur. Ce courant, qui n’est pas ressenti par le patient, déclenche la contraction du muscle de la langue, et permet ainsi de conserver les voies aériennes libres pour le passage de l’air.

L’implantation du micro-stimulateur requiert une intervention chirurgicale bénigne. Elle dure moins d’une heure au total. L’incision se fait sur quelques centimètres seulement au niveau du pli du menton, laissant une très petite cicatrice. Le patch est à usage unique. Le patient doit bien faire attention de le changer chaque nuit afin de profiter du traitement. Avec la (légère) contrainte de l’opération, c’est le seul inconvénient de ce dispositif.

D’après les responsables de la startup Nyxoah :

« Cette chirurgie très légère n’est absolument pas un frein pour les patients : nous recevons quotidiennement des messages de patients à la recherche d’une solution alternative à la PPC et pour lesquels une courte intervention chirurgicale n’est en aucun cas une inquiétude. C’est l’élégance de la technologie par rapport aux systèmes des startups concurrentes. Justement Nyxoah se différencie grâce à cette technologie facilement supportable par le patient. Habituellement, les solutions qui ne requièrent pas de masques utilisent un boitier électronique placé sous le thorax et sont plus difficiles à porter parce que visibles. De plus, le changement de batterie peut s’accompagner de risques infectieux à cause des opérations chirurgicales longues et régulières.

Pour information, la technologie de Nyxoah est protégée par 160 brevets soumis dans le monde. (50 aux Etats-Unis dont 29 obtenus, 114 brevets soumis en dehors de ce pays). A terme, le but est de commercialiser cette solution en Europe, puis aux Etats-Unis et dans le reste du monde.

L’avenir, connecter l’implant au Cloud

Par ailleurs, la technologie de Nyxoah permet de recueillir des données « diagnostiques » comme la durée du traitement. Si cet implant aide efficacement les patients avec une solution qui fonctionne « sans-fil » et améliore l’observance du traitement, il manque une plateforme Cloud pour assurer un suivi personnalisé à distance.

Le fondateur Robert Taub et ses collaborateurs en sont parfaitement conscients : « Le recueil et l’analyse des données de traitement sur de larges populations de patients via le Cloud sont des sources d’information très pertinentes pour optimiser la performance thérapeutique de notre système, mais aussi pour rationaliser un remboursement approprié de la thérapie auprès des autorités de santé. »

Pour les patients, les médecins et les spécialistes, l’accès au suivi de la thérapie pourra permettre via une application d’adapter le programme de soin. A l’avenir, une évolution de la technologie fusionnera le patch et l’implant pour éviter toute opération chirurgicale. Cela permettra de proposer des solutions simples pour corriger les autres troubles du sommeil comme le ronflement.