Accueil Actualités #Déploiement : #Visiomed rêve d’#Afrique 3.0 et de médecine prédictive

#Déploiement : #Visiomed rêve d’#Afrique 3.0 et de médecine prédictive

#Visiomed débute son activité en Côte d’Ivoire

La soirée de lancement de l’activité de #VisiomedGroup en Côte d’Ivoire a eu lieu le 16 juin dernier à la Résidence de France.

Afficher l'image d'origine
Médecins, professeurs, pharmaciens, hommes politiques et journalistes ont répondu présents et ont été reçus par par M. Frédéric Choblet, conseiller économique de l’ambassadeur de France en Côte d’ivoire.

La soirée était également l’occasion de présenter les gammes Visiomed et BewellConnect au grand public Ivoirien.

#Visiomed compte consolider son développement en s’appuyant sur les infrastructures et l’expertise reconnue d’Inter Equipement Côte d’Ivoire, société spécialisée dans la distribution de dispositifs médicaux en hôpital et en pharmacie.

Afficher l'image d'origine

Les invités ont pu assister à une présentation donnée par le Docteur François Teboul et la Directrice du développement International de Visiomed, Fabienne Ostermeyer, en partenariat avec l’Institut National de Santé Publique sur l’étude clinique du suivi des patients diabétiques.

Le programme des Cliniques du Diabète connectées en Afrique a mis en œuvre un consortium d’acteurs constitué par l’Université Numérique Francophone Mondiale (Unfm), le réseau en Afrique Francophone pour la Télémédecine (RAFT) et l’INSP.

Afficher l'image d'origine

Dans le cadre de ce programme, les données de tension, de glycémie, de poids et de température seront collectées grâce aux dispositifs médicaux #BewellConnect et centralisées. Ainsi, les différents centres pourront plus facilement dépister le diabète et les maladies associées, et suivre leur évolution.

Environ 5000 personnes pourront être suivies dans 4 pays Africains différents, dont la Côte d’Ivoire.


Eric Sebban, président fondateur de Visiomed « le suivi de santé à distance des populations est particulièrement adapté à la Côte d’Ivoire.

C’est une alternative au tout hôpital, plus flexible, moins coûteuse.

Avec cet écosystème, ce sont les données qui se déplacent et non plus les patients»