Connected Doctors #Ophtalmologie 3.0 : des lunettes connectées pour la presbytie

#Ophtalmologie 3.0 : des lunettes connectées pour la presbytie

Une start-up israélienne pourrait révolutionner l’offre de lunettes, notamment celle des verres progressifs, adaptés aux personnes devenus presbyte en vieillissant.

Avec une technologie qui intégre une couche de cristaux liquides dans les verres de vue et des capteurs dans la monture, la jeune entreprise DeepOptics espère proposer un premier prototype dans 2 ans.

Les lunettes Deep optics ajustent la vision de près et de loin en temps réel.

Actuellement, les personnes presbytes utilisent régulièrement des verres progressifs qui leur permettent d’ajuster leur vision de près comme de loin sans retirer leurs lunettes.

Sur ce marché de la correction, de nouvelles lunettes innovantes à cristaux liquides pourraient bientôt reprendre le flambeau et révolutionner le marché. Cette idée est celle de trois ingénieurs israéliens spécialisés dans l’optique, les systèmes d’imagerie et l’informatique qui ont développé une nouvelle technologie.

Le concept high-tech consiste à calculer en temps réel, grâce à des capteurs fixés dans les branches de la monture, l’écartement entre les pupilles qui varie en fonction de la distance de l’objet regardé et d’adapter la correction, grâce aux verres électroniques composés de multitudes de cristaux liquides. Quand les pupilles sont proches, la focale s’adapte aux courtes distances. Quand elles s’éloignent, les verres s’adaptent à la vue de loin. Autrement dit, il s’agit de reconstituer le principe de l’autofocus.

Cette technologie est particulièrement pratique pour les personnes souffrant de presbytie qui, malgré les verres progressifs, voient des images déformées en périphérie. Les verres intelligents sont recouverts par une couche transparente de cristal liquide sur toute la surface des verres qui ne gêne pas la vision.

DeepOptics vient de lever des fonds et l’entreprise française Essilor figure parmi les investisseurs. Selon les concepteurs, un premier prototype devrait arriver dans deux ans.

La technologie pourrait également s’appliquer au domaine de la réalité virtuelle. La société serait en pourparlers avec certaines entreprises spécialisées dans la branche.