Accueil Actualités #SantéConnectée : les attentes du #CES 2016 de Las Vegas

#SantéConnectée : les attentes du #CES 2016 de Las Vegas

PARTAGER

Du thermomètre nouvelle génération à l’intelligence artificielle

Santé connectée : les tendances au #CES 2016 de Las Vegas

Rendez-vous grand public incontournable, le « Consumer electronics show » de Las Vegas est aussi une vitrine privilégiée du secteur de la santé connectée. ● Vidéo, photo, hi-fi, informatique, mobilité, jeux vidéo, objets connectés, le CES de Las Vegas (5-8 janvier) et ses quelque 4 000 exposants, c’est d’abord un immense « show » de quatre jours où l’on vend du rêve, résolument « high-tech ».

 

vegas

 

Dans le domaine de la santé et du bien-être, beaucoup d’innovations françaises ont été remarquées à cette grande messe technologique.

Pour prévenir la déshydratation des seniors, la start-up Auxivia propose ainsi un verre intelligent qui décèle les carences et incite à boire.

Bloomizon développe un programme personnalisé en vitamines aidant à atteindre « 100 % de ses besoins personnels » grâce à une plateforme web et une application.

Réinventant le tracker d’activité avec son bracelet « Motio », Fabulasys propose d’évaluer la qualité de vie en suivant différents paramètres (activité physique, oxymétrie, température, données cardiaques…).

Un autre bracelet connecté mis au point par Myndblue vise à diagnostiquer la dépression grâce à des algorithmes analysant des données liées à la physiologie, le sommeil, l’activité et l’environnement du patient.

Lors de ce CES, Withings a dévoilé son « Thermo », un nouveau thermomètre temporal en wifi, « ultra rapide », reposant sur une nouvelle génération de capteurs.

 

 

Capture d’écran

 

Toujours dans la mesure de température, e-takecare a présenté sa solution connectée « Tucky » dédiée aux 0-5 ans qui s’installe sous l’aisselle de l’enfant pour une mesure en continue sans perturber son sommeil et permet grâce à un accéléromètre de détecter les convulsions fébriles.

Dé- sormais, tout se connecte au smartphone, même le test de grossesse, avec le « First Response pregnancy pro », d’ores et déjà commercialisé aux États-Unis. Une nouvelle tentative de carnet de santé numérique « made in France » a également été présentée à Las Vegas : « 7 Medical », une solution mobile qui promet aux patients et professionnels, « l’organisation simple et rapide de toutes les informations santé » (suivi de maladie, ordonnances, médicaments, partage de dossier sécurisé…).

Elle se démarque d’autres applications similaires en s’appuyant sur un important réseau de pharmaciens.

Alors que de trop nombreux objets santé connectés pêchent encore par leur manque de valorisation des montagnes de données brutes collectées, la question de la qualité des algorithmes et de leur analyse reste un point critique pour garantir un usage durable de ces produits.

Dans ce contexte, IBM entend avec sa solution d’intelligence artificielle « Watson » faire entrer la santé connectée dans une autre dimension, à l’image de son récent partenariat avec la société Medtronic.

Un projet destiné à améliorer le monitoring du diabète en analysant à une échelle « big data » les données collectées par les pompes à insuline et glucomètres des patients


download (5).

 

« À Las Vegas, il y a sûrement plus de buzz qu’autre chose », considère Lionel Reichardt, expert en e-sante et créateur du blog « Pharmageek ». « Je crois qu’il ne faut surtout pas regarder le CES dans sa partie concrète de produits mis en avant. On est vraiment dans des notions d’usages, de contenus et d’expérience utilisateurs », juge-t-il.

 

download

 

« Le CES, c’est d’abord fabuleux, tout y est « amazing » », glisse le Dr Guillaume Marchand, responsable de DMD Santé et président de l’association France eHealth Tech. « Là-bas, tout le monde applaudit la moindre bague connectée, mais après on fait quoi ? », s’interroge-t-il. « Les objets santé connectés, ce n’est en soi que du plastique. Des capteurs, on en aura de plus en plus et de moins en moins chers. Tout l’enjeu se situe au niveau de la plateforme et des algorithmes pour proposer une solution intelligente et utile pour le patient en contextualisant l’information délivrée », insiste Lionel Reichardt. Pour Guillaume Marchand, au- delà de la clinquante vitrine de Las Vegas, deux grands défis seront à relever dans les prochains mois pour la santé digitale « avec les systèmes experts et la réglementation ».

 

Capture-d’écran-2015-02-05-à-16.03.49

 

Médecin généraliste et fondateur de #ConnectedDoctors, le Dr Eric Couhet espère que 2016 sera aussi synonyme d’une nouvelle dynamique pour la santé connectée en France. Pour déployer la santé connectée, il faut finalement repartir depuis le début : c’est le besoin qui va créer l’objet. Quand on va se recentrer sur le patient et le professionnel de santé, peut-être que certaines innovations quelque peu « tape à l’œil » du CES ne serviront pas à grand-chose », déclare t-il. « On sait que des produits de santé connectée marchent mais il faut désormais qu’on les expertise sur le terrain. Il convient que les professionnels de santé soient vraiment dans la boucle », ajoute le Dr Couhet qui croit vraiment en deux principaux leviers que sont la médecine ambulatoire connectée et la digitalisation de l’officine.

 

Quotidien du médecin du 28.01.2016

David Bilhaut

Commentaires

comments