Accueil Innovation Santé connectée : les Google Glass

Santé connectée : les Google Glass

PARTAGER

google glassUSA : Les Google Glass connectées au dossier médical des patients

Technologie : Une startup américaine propose, par l’intermédiaire d’une application pour les Google Glass, de connecter les lunettes de Google et un dossier médical électronique, voire aussi à un service Cloud de stockage et de partage.

Un objet connecté destiné au grand-public comme les Google Glass a-t-il sa place dans un domaine aussi sensible et régulé que celui de la médecine ?

Aux Etats-Unis, la réponse a déjà été tranchée dans l’école de médecine d’Irvine en Californie.

Les étudiants de première et deuxième année seront équipés des lunettes Google pour certains cours, en particulier d’anatomie.

Les élèves de troisième et quatrième année utiliseront eux les Google Glass lors de leurs gardes à l’hôpital.

Pas plus ou moins sécurisé qu’un iPad 

Mais comme le rapporte Reuters, des entreprises du numérique planchent sur d’autres usages appliqués à la médecine.

La société Dr chrono, spécialisé sur les dossiers médicaux électroniques, a ainsi développé une application tierce pour les Google Glass – gratuite pour le moment.

Le logiciel se destine aux consultations médicales et à la chirurgie. Avec la permission du patient, les lunettes permettent ainsi au professionnel de santé d’enregistrer vidéos, photos et de prendre des notes, et surtout de les enregistrer automatiquement dans son dossier médical numérique.

Dr chrono propose également de connecter ces données à Box, un service Cloud de stockage et collaboratif. Les données y seraient enregistrées et pourraient être partagées avec le patient, à sa demande.

Interrogé par Reuters, le docteur Bill J. Metaxas utilise les Google Glass durant ses consultations. Il insiste sur la nécessité de bien paramétrer les fonctions de sécurité des lunettes et de recueillir le consentement du patient.

Mais, le médecin l’assure, « cet objet n’est pas plus ou moins sécurisé qu’une tablette telle que l’iPad, déjà régulièrement utilisée par les professionnels de santé en milieu clinique. »

Source photo de Une : atelier.net

Commentaires

comments